FADILEC reçoit la visite du Préfet d’Occitanie
9 février 2017
correspondance avec Thomas Pesquet
En direct avec Thomas Pesquet
28 février 2017
Afficher tout

GARD RHODANIEN Visite industrielle du préfet de région

visite du préfet du gard

10 février 2017

Un imposant convoi constitué du préfet de région Pascal Mailhos, du préfet du Gard Didier Lauga et d’un aréopage d’élus locaux a sillonné les routes du Gard rhodanien ce matin.

« Les portières claquent, les moteurs démarrent, le convoi se met en marche, direction Laudun et l’entreprise Fadilec. Cette PME-PMI fait dans l’intégration robotisée dans les secteurs du nucléaire, de l’aéronautique ou encore de la pharmaceutique« Nous avons un territoire riche en PME-PMI avec un très bon niveau d’expertise », introduit le patron de l’entreprise Didier Farigoule. Ce Lyonnais d’origine a descendu le Rhône il y a 23 ans pour fonder son entreprise dans le Gard rhodanien, où il emploie aujourd’hui 35 personnes.

Là aussi, nous sommes en terrain prospère : « nous avons un bon portefeuille de commandes, avec une visibilité à deux ans », lance le patron. Moues approbatives dans l’assistance. Mais Didier Farigoule, après avoir annoncé qu’il avait du franc-parler, va pointer plusieurs problématiques : la baisse du nombre de sites de production (ses clients potentiels) dans le pays, l’insuffisance d’aides pour la formation, la problématique des coûteuses certifications indispensables pour travailler avec le nucléaire, ou encore le très haut débit (« ici on a péniblement 1 méga »). « On avance sur ce dossier, lui répondra le président du Département Denis Bouad. Dès 2018 on lancera le très haut débit avec une priorité pour les zones de développement économique. »

Reste une autre problématique exposée par le chef d’entreprise : le recrutement. « On a du mal à trouver l’expertise dans nos métiers, aujourd’hui nous avons un problème pour faire venir des gens de loin, bosser à Bagnols, ça ne fait rêver personne. » Un ange passe. Le président de la délégation bagnolaise de la CCI Philippe Broche répondra timidement que « le campus des métiers va démarrer, pour que nous puissions déjà conserver nos jeunes ici. » »